07 décembre 2022, 20:47

Mettre la gestion des risques à l’ordre du jour

 

Selon un rapport, la gestion des risques dans le middle et le back office est l’une des cinq principales préoccupations des gestionnaires d’actifs. Si le risque d’investissement reçoit à juste titre une grande partie de l’attention des gestionnaires d’actifs, les autres activités de gestion des risques passent souvent au second plan.

Les risques émergents, en particulier ceux liés aux nouvelles technologies, à la réglementation, aux cybermenaces, à l’évolution du sentiment des investisseurs, à l’intérêt croissant pour les portefeuilles complexes et au retrait du LIBOR, y sont probablement pour beaucoup. Ils sont fréquemment traités de manière réactive, avec seulement un nombre limité d’outils, de données et de pratiques d’automatisation utilisés.

Le fardeau du risque ne va certainement pas s’alléger de sitôt. Selon une étude faite l’année dernière sur la gestion mondiale des risques pour les marchés de capitaux, l’environnement de risque externe dans les services financiers devient de plus en plus complexe, et de nouvelles menaces apparaissent continuellement. Nombre de ces menaces sont interconnectées avec des risques préexistants, ce qui les rend encore plus difficiles à gérer.

Alors, comment votre organisation peut-elle devenir plus proactive dans l’anticipation et l’atténuation des risques, en évoluant vers des mesures de protection prédictives et avant-gardistes ?

 

Quatre clés pour une gestion des risques améliorée et proactive pour les gestionnaires d’actifs

 

1. Exploiter la valeur des technologies émergentes

Qu’il s’agisse du risque de conduite, des cybermenaces ou de la criminalité financière, le déploiement accéléré de nouvelles technologies comme l’automatisation, l’intelligence artificielle (IA), l’apprentissage automatique et l’analytique remodèle les profils de risque des entreprises de gestion d’actifs.

Ces nouvelles technologies pourraient non seulement diminuer intrinsèquement les risques eux-mêmes, mais elles peuvent également être utilisées au sein de la fonction de gestion des risques pour surveiller et atténuer plus intelligemment les risques dans l’ensemble de l’organisation. En effet, les répondants de notre étude sur les risques qui ont déployé l’apprentissage automatique se sentent beaucoup plus confiants dans le fait qu’ils ont préparé leur entreprise à des scénarios futurs volatils.

Les gestionnaires d’actifs devraient suivre de près la courbe de maturité et la feuille de route des technologies innovantes pour comprendre leur applicabilité à des domaines spécifiques dans l’ensemble du risque opérationnel.

Par exemple, les outils analytiques intelligents peuvent aider à identifier et à prévenir une série de menaces. Ils peuvent détecter les anomalies de données qui indiquent une criminalité financière et fouiller les réseaux pour identifier les logiciels malveillants. Mais ils sont actuellement sous-utilisés : Seuls 10 % des entreprises de marchés de capitaux interrogées dans le cadre de notre étude déploient l’apprentissage automatique, par exemple, pour la gestion des risques.

 

2. Se concentrer sans relâche sur la mesure

Quels sont vos plus grands risques opérationnels et comment sauriez-vous si vous améliorez leur atténuation ? Il est difficile d’attirer l’attention des dirigeants en ne parlant qu’en termes généraux. Dans la mesure du possible, commencez un effort pour quantifier le risque de baisse ainsi que l’opportunité de hausse. Des chiffres concrets autour des risques aident également les gestionnaires d’actifs à mieux comprendre où investir sur le plan opérationnel, où recruter du personnel et où demander de l’aide.

En outre, il est important de s’assurer que les partenaires externes et les prestataires de services sont considérés sous votre parapluie de risque opérationnel. Si un partenaire ne gère pas adéquatement son risque, cela pourrait éventuellement devenir votre problème. Cela devrait être pris en compte dans la façon dont le risque d’une entreprise est quantifié.

Au fur et à mesure que les produits et les instruments deviennent plus complexes et que la technologie devient plus perturbatrice, avoir une compréhension documentée et factuelle de vos zones de risque pourrait aider à déployer plus efficacement l’attention et le capital. Un “état d’esprit de mesure” est aussi essentiel pour démontrer la valeur commerciale de la gestion du risque opérationnel. Commencez par une base de référence, puis mesurez les progrès en cours de route.

 

3. Utilisez les données pour améliorer l’évolutivité de votre fonction de risque

La nature cloisonnée de la fonction risque dans certaines sociétés de gestion d’actifs, associée à un manque d’outils standard, peut en faire une fonction difficile à faire évoluer. En fait, lors d’une enquête, les gestionnaires d’actifs ont indiqué que la conformité, le risque et les exigences réglementaires étaient leur quatrième fonction la plus difficile à mettre à l’échelle. Au fur et à mesure que la gestion d’actifs évolue, les exigences de cette fonction ne devraient que croître, ce qui rend son évolutivité cruciale dans un secteur très sensible aux coûts.

L’une des exigences sous-jacentes est qu’une utilisation efficace des données est particulièrement importante lorsqu’on essaie de faire évoluer la gestion des risques. Selon notre étude sur les risques, 63 % des participants s’efforcent d’améliorer de toute urgence leur capacité à collecter des données à l’échelle de l’entreprise, et 66 % affinent leur capacité à les analyser.

Pourquoi ? Parce que les données se mettent à l’échelle. Elles se prêtent à l’automatisation et génèrent des aperçus intelligents et exploitables. Le même ensemble de données peut souvent être utilisé à des fins multiples. Les gestionnaires d’actifs devraient donc évaluer pleinement les données qui ont le plus de valeur pour la fonction de gestion du risque opérationnel, rendre ces données robustes et plus disponibles, et fournir les outils pour les analyser pleinement. Cela peut permettre à la fonction de gestion des risques d’affiner plus efficacement son champ d’action, tout en évaluant l’impact des principaux domaines de risque.

 

4. Agissez rapidement lorsqu’il s’agit de risque réglementaire

Plus vite est généralement mieux lorsqu’il s’agit de comprendre et de gérer le risque réglementaire. Dans notre récent rapport sur la gestion d’actifs, ” l’évolution de la réglementation ” a été citée comme la plus grande préoccupation liée au risque dans le secteur. D’autres recherches ont révélé que seuls 10 % des responsables des risques sont très confiants dans la gestion des impacts de l’évolution de la réglementation.

Qu’il s’agisse du règlement général sur la protection des données (RGPD), des règles relatives aux marges non compensées (UMR) ou du retrait du LIBOR au cours des dernières années, plus les réglementations de ce type sont présentes tôt dans le radar d’un gestionnaire d’actifs, plus la conformité semble être facile.

Notre étude sur les risques a souligné que les principales fonctions de risque ont déployé des technologies basées sur l’IA et l’apprentissage automatique qui analysent les discours, les organes de presse et les sites Web des régulateurs pour trouver des informations qui indiqueraient si une nouvelle réglementation est envisagée. Ces outils suivent ensuite la réglementation proposée lorsqu’elle devient une loi. Lorsqu’elle l’est, ils scannent, synthétisent et dédoublonnent le texte réglementaire pertinent avant qu’il ne soit ingéré dans l’organisation, où il est analysé afin de créer des objectifs exploitables.

Alors que les réglementations peuvent être complexes, ambiguës et perturbatrices, ce sont souvent les entreprises qui en comprennent le plus tôt la substance qui finissent par pouvoir s’y conformer le plus efficacement.

Facebook
Twitter
LinkedIn