07 décembre 2022, 15:07

Les entreprises pétrolières font face à une nouvelle pression

 

Divulgation des risques climatiques aux investisseurs ?

 

Un groupe d’investisseurs de 2 000 milliards d’euros demandera vendredi aux régulateurs d’obliger les compagnies pétrolières et gazières à fournir davantage d’informations sur les risques liés au climat pour leurs activités.

La demande, soutenue par 62 investisseurs institutionnels américains et européens. C’est le dernier signe de l’inquiétude croissante des actionnaires et d’autres personnes quant à la façon dont les entreprises de combustibles fossiles se comporteraient dans un monde qui se tourne vers des sources d’énergie à faible émission de carbone.

“Nous sommes préoccupés par le fait que les sociétés pétrolières et gazières ne divulguent pas suffisamment d’informations sur plusieurs facteurs convergents qui, ensemble, affecteront profondément l’économie de l’industrie”, ont écrit les investisseurs.

 

Le groupe a cité les inquiétudes selon lesquelles les actifs carbone pourraient devenir non rentables – ou échoués – si les tendances liées au climat réduisent de façon permanente les prix et la demande de combustibles fossiles. Ces craintes sont exacerbées par “des dépenses d’investissement excessives dans des projets à coût élevé et à forte intensité de carbone, tels que le forage dans l’Arctique, le forage en eau ultra profonde et les projets de sables bitumineux canadiens”, ont écrit les investisseurs.

“Nous avons constaté une absence de divulgation dans les documents déposés auprès de la SEC concernant ces risques importants”, a déclaré le groupe d’investisseurs, qui a été organisé par le groupe de développement durable Ceres.

 

Les actionnaires de la société ont également souligné l’importance de l’information sur le changement climatique.

Les divulgations sont conçues pour permettre aux investisseurs “de juger si BP se positionne pour être un acteur durable du système énergétique”.

La mesure de BP a été approuvée par plus de 98% des actions votées, dépassant la référence de 75% pour rendre la résolution contraignante selon la loi britannique. À partir de l’année prochaine, BP devra divulguer ses efforts pour réduire les émissions de carbone, indiquer si les projets de l’entreprise seront viables dans une économie à faible émission de carbone, les investissements de l’entreprise dans les technologies énergétiques à faible émission de carbone, les incitations des dirigeants liées à la transition vers une économie à faible émission de carbone, et le lobbying de BP sur les politiques publiques liées au climat.

Les actionnaires ont demandé à plusieurs reprises des informations similaires à ExxonMobil, Chevron et d’autres sociétés pétrolières et gazières américaines. Plusieurs de ces demandes sont incluses dans des résolutions soumises au vote de l’assemblée annuelle le mois prochain. En vertu de la loi américaine sur les valeurs mobilières, les résolutions des actionnaires ne sont pas contraignantes, et les entreprises de combustibles fossiles se sont régulièrement opposées à toutes les propositions d’actionnaires et ont tenté de les disqualifier.

L’année dernière, ExxonMobil a accepté de produire un rapport sur le risque lié aux actifs échoués en réponse à une résolution des actionnaires. Dans le rapport, la société a écarté la préoccupation en notant que l’augmentation de la demande mondiale d’énergie protégerait ses réserves de combustibles fossiles de devenir échouées jusqu’en 2040.

 

Le rapport d’ExxonMobil a été critiqué pour avoir ignoré plusieurs facteurs, notamment les scénarios où l’augmentation de la demande d’énergie pourrait être substantiellement satisfaite par des sources autres que les combustibles fossiles. La société n’a cependant pas inclus ce type d’analyse dans les documents déposés auprès de la SEC, et les autres sociétés pétrolières et gazières non plus.

Facebook
Twitter
LinkedIn