29 novembre 2021, 21:38

La capitalisation boursière de The RealReal atteint 2,32 milliards de dollars

 

 

The RealReal a levé 300 millions de dollars lors de son introduction en bourse américaine sur le Nasdaq vendredi. La société de consignation de produits de luxe, basée à San Francisco, a vendu 15 millions d’actions au prix de 20 dollars, contre une fourchette de 17 à 19 dollars citée plus tôt dans la semaine, ce qui a propulsé la société à une capitalisation boursière de 2,32 milliards de dollars. L’introduction en bourse fait de The RealReal le dernier acteur du secteur de la revente de vêtements et d’accessoires, qui pèse plusieurs milliards de dollars, à s’avérer un ” aimant à investissements ” avec plus de 1,1 milliard de dollars de financement ” lâché dans les opérations de vêtements d’occasion au cours des dernières années ” selon Bloomberg.

 

Tous les détails sur l’introduction en bourse de The RealReal

“Les revendeurs de vêtements sur Internet comme The RealReal, Thredup et Poshmark ont émergé comme des alternatives branchées au marché des vêtements d’occasion”, a rapporté Bloomberg vendredi, et The RealReal, en particulier, qui a été fondé par fondé en 2011 par Julie Wainwright, s’est avérée être une destination de bonne foi pour les consommateurs de luxe.

“La clé de son succès est de lutter contre un commerce de contrefaçons en plein essor et d’amener les acheteurs à lui faire suffisamment confiance pour payer 4 700 dollars pour une veste Chanel d’occasion ou 7 500 dollars pour une montre Rolex”, écrivait cette semaine Suzanne Kapner du WSJ. Cependant, “comme d’autres vendeurs de marchandises d’occasion, RealReal n’obtient presque aucune aide de la part des marques pour identifier les produits authentiques des imitateurs”, ce qui rend le processus d’authentification “chronophage et rempli de conjectures instruites”.

Vu l’importance de la contribution discrète des marques de haute couture au marché gris, ainsi qu’aux magasins d’usine, pour écouler les invendus et augmenter leurs résultats immédiats, un partenariat avec des entreprises comme The RealReal serait logique. Les marques sont de plus en plus disposées à s’engager dans des opérations de liquidation, c’est-à-dire à se débarrasser de leurs surplus de marchandises à un prix réduit. Comme l’a dit l’analyste du luxe Luca Solca au BoF cet été, “les marques tolèrent” la vente de leurs produits sur le marché de la revente, et en réalité, dans un nombre non-négligeable de cas, y participent activement. Elles le font  dans le but d’améliorer leurs résultats à court terme. 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn