Immobilier : les assurances qu’il vous faut pour faire un prêt

Vous avez un projet immobilier en tête ? Votre budget actuel ne vous permet pas de le concrétiser ? Fort heureusement, de nombreuses institutions bancaires peuvent vous tendre la main en vous proposant des prêts immobiliers. Notez que l’assurance de crédit représente une grande part du montant total de votre emprunt. C’est pour cela qu’il ne faut pas négliger son choix.

Assurance de prêt immobilier : à quoi ça sert ?

 

Il s’agit d’une couverture dont le rôle consiste à garantir la prise en charge des échéances de remboursement d’un crédit immobilier si jamais un événement ou un autre sinistre ne permet plus au souscripteur de payer ses mensualités. Pour information, avec une assurance crédit, vous pouvez protéger  :

  • Vous-même et vos proches : si jamais il y a un accident, c’est l’assurance de prêt qui s’occupe du paiement des échéances ;
  • L’organisme prêteur : comme le crédit est d’un montant important et est souscrit sur le long terme, la banque ou tout autre organisme, a la possibilité de récupérer le montant engagé en cas de sinistre.

Une fois l’une des garanties que vous avez souscrite activée et après vérification, votre assurance va prendre en charge toutes les mensualités de remboursement qui restent ou le capital restant. Cela dépend essentiellement des modalités de votre contrat, mais aussi de la limite de votre quotité.

 

Contrat d’assurance : quelles sont les garanties utiles pour couvrir les éventuels évènements ?

 

Seules deux de ces garanties sont obligatoires si vous envisagez de vous lancer dans un investissement locatif. D’un point de vue légal, ces garanties d’assurance ne sont pas obligatoires. Cependant, il est indispensable d’y avoir recours étant donné qu’aucune banque ne va vous accorder un prêt d’une importante somme sans que ces deux garanties ne soient souscrites. Les voici :

 

La garantie décès

Cette garantie a pour rôle de protéger vos proches si jamais vous décédez pour que vous puissiez continuer à assumer la prise en charge du remboursement des mensualités de prêt qui restent. Dans le cas où vous ne souhaiteriez pas souscrire à la garantie décès, il est tout à fait possible de nantir le prêt. Cette seule exception est une alternative très intéressante. De ce fait, c’est la mise en garantie de votre bien immobilier ou de votre contrat d’assurance vie qui couvre votre crédit immobilier. En conséquence, la banque ne pourra vous accorder que l’équivalent de la moitié de votre patrimoine.

 

La garantie Perte Totale Irréversible d’Autonomie ou PTIA

Ce type de garantie vous couvre si jamais vous ne pouvez plus exercer une activité professionnelle pour générer des revenus. La garantie PTIA couvre aussi les personnes invalides ayant besoin d’être assistées au quotidien, que ce soit pour manger, se déplacer, se laver ou se vêtir. Il faut que la PTIA intervienne avant l’âge limite inscrit dans le contrat, notamment 60 ou 65 ans pour que la prise en charge puisse prendre effet pour ces deux cas de figure.

 

La garantie invalidité permanente totale ou IPT

Si jamais vous vous retrouvez dans une situation d’invalidité mentale ou physique avant vos 65 ans, une indemnisation est versée. Pour information, le taux d’invalidité est de moins de 66%.

 

La garantie incapacité temporaire de travail ou ITT

L’indemnisation est versée lorsque vous vous retrouvez dans l’incapacité temporaire d’exercer votre travail après expiration du délai de carence. L’indemnisation dure au maximum 3 ans.

 

Autres garanties facultatives

Bien qu’elles soient facultatives, les banques les exigent pour l’achat d’une résidence, qu’elle soit principale ou secondaire. Il s’agit de :

  • La garantie IPP ou d’invalidité permanente partielle : son indemnisation a le même principe que les autres. Cependant, son taux d’invalidité se trouve entre 33 et 66% ;
  • La garantie maladie non-objectivable ou MNO : elle a pour mission de protéger le souscripteur contre les maladies que les professionnels de la santé ne quantifient pas. Il s’agit principalement de la fatigue chronique, du burn-out et des troubles psychiques comme la dépression, etc. ;
  • Enfin, il y a la garantie de perte d’emploi en cas de licenciement.
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn