07 décembre 2022, 12:09

Efficacité et réduction des coûts dans la gestion de patrimoine avec la main-d’œuvre virtuelle

 

Nous observons actuellement une vague d’automatisation dans divers secteurs d’activité qui s’étendra à de plus en plus de tâches à mesure que la technologie sera de plus en plus avancée et que les entreprises seront plus à l’aise avec son application. Il ne fait aucun doute que la robotique en tant que technologie peut générer et génère des gains d’efficacité importants dans différents secteurs.

Comment la robotique peut-elle être appliquée à la gestion de patrimoine ? Dans la gestion de patrimoine, la discussion sur l’automatisation semble présentement se concentrer sur le robot-advice, tandis que l’application pratique de la robotique aux opérations commerciales existantes n’a pas encore été largement discutée.

La robotique est une technologie qui peut être appliquée à la gestion de patrimoine.

Nous pensons que de nombreux acteurs du secteur ne sont pas conscients des possibilités existantes d’utiliser l’automatisation des processus robotiques (RPA) dans leurs opérations pour créer une “main-d’œuvre virtuelle” pour certaines tâches. Nous avons également constaté des réductions significatives des coûts de traitement et l’accélération considérable des délais de traitement par les premiers utilisateurs de cette technologie.

L’une des questions les plus courantes que l’on nous pose sur la robotique est :

 

Comment cela peut-il être appliqué dans la gestion de patrimoine ?

Les tâches opérationnelles routinières, répétitives et basées sur des règles sont parfaites pour l’automatisation. En pratique, l’automatisation nécessite un déclencheur, qu’il s’agisse d’une instruction du front office ou du démarrage d’un processus quotidien. Tant que le processus ne repose pas sur le jugement, il se prête parfaitement à l’automatisation. Les tâches qui consomment beaucoup de temps opérationnel, comme copier et coller des données d’un système à l’autre, effectuer des calculs et réconcilier différents ensembles de données, par exemple, sont idéales pour l’automatisation. Dans la gestion de patrimoine, les exemples typiques sont le traitement KYC, les paiements et les balayages, les rapprochements, les transferts d’actifs, le traitement des opérations sur titres et la compensation des soldes débiteurs.

Facebook
Twitter
LinkedIn