13 avril 2024, 22:27 PM

Comptabilité des dépenses d’investissement

 

 

Que signifie la comptabilité des dépenses d’investissement ?

 

Les dépenses d’investissement sont les dépenses pour l’achat d’actifs fixes à long terme dans une organisation. Ces dépenses peuvent également être destinées à améliorer et à prolonger la durée de vie de ces actifs. Ces actifs ont un cycle de vie d’un an ou plus. Ces actifs sont généralement de nature fixe et comprennent les terrains, les bâtiments, le mobilier et les accessoires, les installations et les machines, etc. Parfois, une entreprise peut engager des dépenses d’investissement dans des actifs non corporels tels que des brevets et des licences, des marques, des logiciels et même des technologies. La comptabilité des dépenses en capital est le traitement de ces dépenses dans les livres de comptes d’une organisation. Comme une dépense en capital implique une somme d’argent et des ressources substantielles, son traitement dans les livres de comptes devient délicat et très important.

 

Les décisions relatives aux dépenses d’investissement ou CapEx peuvent être prises à titre de mesure d’expansion pour renforcer ou améliorer les activités commerciales déjà existantes et leur portée. Les dépenses peuvent également être engagées pour un projet entièrement nouveau ou pour réaliser de nouvelles acquisitions. De telles dépenses aident une entreprise à rester en tête de la concurrence et à maintenir sa suprématie. Le montant des dépenses en capital dont une entreprise a besoin varie normalement d’une industrie à l’autre. Les industries à forte intensité de capital, telles que l’industrie manufacturière, la production d’électricité, les télécommunications, l’exploration pétrolière et le forage, les raffineries, etc. nécessitent fréquemment des dépenses en capital très importantes. En revanche, les industries de services nécessitent normalement de faibles dépenses en capital. Dans tous les cas, les entreprises doivent constamment engager des dépenses en capital chaque année pour progresser et se développer. De plus, c’est une indication que la direction réinvestit les bénéfices de l’entreprise pour l’améliorer.

 

Comment faisons-nous la comptabilité des dépenses d’investissement ?

Nous ne traitons pas les dépenses d’investissement comme des charges en raison de leur grande dépense ainsi que du nombre d’années d’utilisation. Par conséquent, elles ne font pas partie du compte de résultat. Nous traitons ces dépenses comme un actif. Elles trouvent leur place dans le bilan de l’entreprise sous la rubrique “Immobilisations”. Souvent, les entreprises ont une “limite de capitalisation”. Nous traitons tout actif dont le coût est inférieur à cette limite comme une dépense dans le compte de résultat. Cela se produit dans la période financière où l’entreprise l’encourt. Les actifs qui coûtent plus que cette limite vont au bilan.

Nous rapportons les dépenses en capital dans le tableau des flux de trésorerie dans la période financière dans laquelle elles se produisent. Comme des liquidités sortent de l’entreprise pour ces dépenses, elles apparaissent comme une sortie de trésorerie ou un montant négatif dans le relevé. Les dépenses d’investissement sont indiquées sous la rubrique “trésorerie des activités d’exploitation” en tant que sortie pour calculer les flux de trésorerie disponibles de l’entreprise.

 

Dépenses d’investissement et dépenses d’exploitation

Il existe certaines formes de dépenses qui peuvent sembler être des dépenses d’exploitation mais qui font partie des dépenses d’investissement. Par exemple, si nous rénovons une partie importante du bâtiment de l’usine et que l’entreprise engage des dépenses substantielles dans ce processus, nous devons capitaliser cette dépense et l’ajouter à la valeur du bâtiment de l’usine. En revanche, les simples dépenses de réparation et d’entretien ne font pas partie des dépenses d’investissement. Nous devons donc les inclure dans le compte de résultat en tant que dépenses. Il existe un certain nombre de dépenses de ce type. C’est à la discrétion de la direction de les classer en dépenses d’investissement ou en dépenses opérationnelles.

Un autre point important à noter est que nous ne devrions pas qualifier de dépense d’investissement un actif dont la durée de vie utile est inférieure à un an. Donc, un tel actif ne devrait pas devenir une partie du bilan. Cette dépense doit figurer dans le compte de résultat, quelle que soit l’importance du montant.

 

Dépréciation/amortissement

Les dépenses d’investissement ont bien une incidence sur le compte de résultat, mais de manière indirecte sous la forme d’une charge de dépréciation ou d’amortissement. La dépréciation est la baisse de la valeur de tout actif corporel d’une entreprise sur une période donnée. Cette réduction de valeur se produit en raison de l’usure habituelle de l’actif avec son utilisation au cours de l’exercice. De même, nous amortissons les actifs incorporels et nous imputons cette charge dans le compte de résultat. Cela se produit à partir de l’année suivante de l’achat de l’actif et se poursuit pendant la durée de vie utile de l’actif, jusqu’à ce que sa valeur résiduelle ne devienne nulle.

Un point important à noter est que les terrains ne sont pas soumis à l’amortissement, bien qu’il s’agisse d’une dépense d’investissement majeure. Il en est ainsi parce que la durée de vie utile du terrain est infinie. En outre, la valeur des terrains devrait s’apprécier au fil des ans plutôt que de se déprécier en raison de leur nature rare et de leur disponibilité limitée. Par conséquent, les dépenses d’investissement en terrains ne trouvent aucune incidence sur le compte de résultat de l’entreprise.

 

 

Facebook
Twitter
LinkedIn