Comment ce Sud-Africain gagne de l’argent en vendant des services de dactylographie depuis chez lui

Sommaire

 

 

Gaynor Paynter vit à Kensington, en Afrique du Sud. Après le lycée, Gaynor a étudié la conception graphique pendant un an, puis a décidé que ce n’était pas pour elle. Elle a ensuite obtenu un diplôme de secrétariat à l’ancien Germiston Technical College, où elle a obtenu une distinction en traitement de l’information (un nom fantaisiste pour la dactylographie). Aujourd’hui, cette Sud-Africaine gagne de l’argent en vendant des services de dactylographie depuis chez elle.

 

Dites-nous un peu de vous et de votre parcours entrepreneurial.

 

Je gère mon service de transcription et de dactylographie depuis avril 2005.

Mais laissez-moi revenir au début. J’ai toujours voulu être un entrepreneur, vraiment. J’ai toujours été capable de penser par moi-même et d’être assez indépendante. J’ai travaillé pour des patrons, mais je ne suis pas un bon employé – je suis bien meilleur en tant que penseur indépendant.

 

Dès 2000, j’avais eu l’idée de être une assistante virtuelle ou une secrétaire mobile. Mon rêve consistait à faire circuler une remorque sur mesure dans nos villes pour y déposer des documents dactylographiés, reliés et imprimés. À l’époque, nous ne disposions pas de la technologie nécessaire pour faire décoller une entreprise de cette nature, et mon rêve ne s’est pas réalisé non plus. Mais en 2005, Internet et la technologie avaient rattrapé mes visions de travailler à domicile, et j’ai lancé Typewrite Transcription and Typing Services CC.

 

Je n’ai pas regardé en arrière. Il y a eu des coups et des succès en cours de route, et j’ai également écrit un e-book sur le travail en tant que transcripteur, qui inclut mes méthodes éprouvées et fiables. Je pense que la plus grande chose est de laisser vos plans et vos rêves évoluer. Si vous voyez qu’un domaine fonctionne pour vous, alors allez de ce côté des choses.

 

Que faisiez-vous avant de lancer votre propre entreprise ?

 

J’ai obtenu mon diplôme de secrétaire en 1994, j’ai travaillé à l’accueil et comme secrétaire commerciale et aussi comme rédactrice de CV et autres fonctions dans une société de recrutement.

J’ai travaillé dans le secteur de la santé.

 

Comment avez-vous financé votre entreprise ?

 

Les frais généraux de mon type d’entreprise sont assez faibles. J’avais besoin d’un ordinateur en état de marche, d’une ligne ADSL et du matériel de bureau associé. J’avais déjà la plupart de ces éléments. Donc, entre mon propre salaire actuel, mon mari et mon père, j’ai pu me mettre en route avec un minimum d’histoires et de dépenses.

 

Combien d’heures travaillez-vous par semaine et combien d’heures passez-vous dans votre bureau à domicile ?

 

Je dirais environ 12 à 13 heures par jour.

 

Comment évalueriez-vous votre réussite ?

 

Ça dépend de la façon dont on voit les choses. Je suis occupé tous les jours. Et je pense qu’en termes d’entreprises à notre époque, c’est un bon taux de réussite. C’est le genre d’entreprise que vous pouvez choisir de développer si vous le souhaitez. Pour l’instant, j’ai décidé de ne pas être une entreprise multi-VA, bien que j’engage des sous-traitants à l’occasion. Je suis heureux et satisfait, et l’entreprise se développe.

 

Quel a été votre plus grand combat commercial en tant qu’entrepreneur ?

 

Les défis changent au fur et à mesure que le temps passe. Les choses infrastructurelles peuvent être difficiles – si l’internet ou l’électricité vous donne des problèmes, alors c’est difficile. Mais la chose à apprendre est d’avoir des sauvegardes. J’ai deux fournisseurs d’accès à Internet (FAI). J’ai même un ordinateur de secours. Sauvegardez les choses. Et employez des personnes fiables.

 

Quel conseil donneriez-vous à un nouvel entrepreneur ?

 

Si vous croyez en votre idée, continuez. Rien ne se fait du jour au lendemain. Et faites du marketing une partie de votre programme quotidien. Peu importe si vous avez maintenant assez de travail pour vous tenir une semaine. Le marketing que vous faites aujourd’hui ne sera probablement rentable que dans trois mois environ. Donc, même si ce n’est que 10 minutes par jour pour mettre votre site Web sur Internet, faites-en une chose quotidienne.

 

Comment faites-vous pour gérer toutes vos activités personnelles et professionnelles ?

 

Dans la difficulté, il est difficile de trouver l’équilibre. Mais comme pour tout, il faut être discipliné. Il faut essayer de ne pas laisser le travail empiéter sur ma vie personnelle et la vie personnelle empiéter sur le travail. Ce n’est pas toujours possible.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Table des matières