30 novembre 2021, 01:45

Quand les règles apportent la liberté

fleur et café

Bien que je m’identifie comme écrivain depuis l’âge de huit ans, ce que j’ai écrit a considérablement changé au fil du temps.

Lorsque j’étais très jeune, je ne m’intéressais qu’à écrire des histoires. Ces histoires étaient enfantines, certes, mais elles gagnaient en sophistication au fur et à mesure. Au collège, je rédigeais de grands morceaux de romans fantastiques (en imitant les livres que j’avais tendance à lire à l’époque). Puis, au lycée, j’ai découvert un amour pour la poésie.

Au lycée et à l’université, j’ai surtout écrit de la poésie. Certains d’entre eux étaient d’ailleurs bons. (Sérieusement !) J’ai gagné des concours et des bourses avec mes poèmes, et certains d’entre eux ont même été imprimés dans de petits magazines.

Mais quelque part en cours de route, j’ai arrêté d’écrire des poèmes. J’ai écrit quelques chansons avec des amis au fil des ans, mais c’est vraiment tout. La partie de moi qui est un poète – une partie qui était autrefois intégrale – semble ne plus exister.

Toute façon, il m’est venu à l’esprit aujourd’hui que le moratoire sur les dépenses que je me suis fixé en 2021 est, d’une certaine manière, comme l’écriture de poèmes. Laissez-moi vous expliquer.

Règles de la poésie

Vous voyez, une partie du fun de l’écriture de la poésie – pour moi, en tout cas – consiste à trouver comment s’exprimer tout en respectant les règles. Et les “règles de la poésie” ne sont pas gravées dans la pierre. Chaque poète fixe ses propres normes. Qui plus est, ces règles peuvent changer d’un poème à l’autre.

Prenez Shakespeare, par exemple. Les sonnets de Shakespeare suivent un format spécifique.

  • Chaque sonnet contient quatorze lignes.
  • Ces quatorze lignes sont divisées en quatre groupes : trois quatrains de quatre lignes et un couplet final de deux lignes.
  • Chaque ligne contient dix syllabes de pentamètre iambique.

Ces règles font partie de ce qui rend les poèmes de Shakespeare si attrayants. Il était capable de s’exprimer, de transmettre beaucoup d’émotions, tout en respectant ces règles. Si vous réécrivez un sonnet de Shakespeare sans les règles, il perd de sa beauté. (Fait amusant : l’un de mes sonnets shakespeariens préférés utilise des métaphores sur l’argent !)

D’autre part, e.e. cummings jouait avec un ensemble de règles différent. “anyone lived in a pretty how town” est toujours l’un de mes poèmes préférés, mais il est largement différent d’un sonnet shakespearien.

Pour beaucoup de jeunes poètes, les règles sont frustrantes. Elles sont ressenties comme des limites à la créativité plutôt que comme des sources d’inspiration. Par conséquent, nous nous accrochons souvent au vers libre, qui semble moins restrictif.

Lorsque j’écrivais de la poésie, j’ai constaté que le fait de me donner des règles favorisait la créativité au lieu de l’étouffer. C’est un peu contre-intuitif, je pense, mais c’est vrai. C’est un défi amusant de voir ce que vous pouvez créer lorsque vos options ont été restreintes.

A ce jour, je constate que (généralement) j’admire davantage les poètes qui travaillent avec le mètre et la rime que ceux qui produisent simplement des vers libres. (Ce n’est pas toujours vrai. Il y a beaucoup de grands poèmes écrits en vers libres. Mais toutes choses égales par ailleurs, j’ai tendance à préférer un poème avec structure à un poème sans structure.)

Règles de dépense

Pourquoi est-ce que j’aborde ce sujet ? Qu’est-ce que cela a à voir avec les finances personnelles ? Quel est le rapport avec mon moratoire sur les dépenses ?

Depuis une semaine, je suis sur un coup de pied profondément réfléchi. Je ne souffre pas de mon anxie et de ma dépression chroniques (youpi !) mais je me pose des questions profondes sur ce que je devrais faire de mon avenir, et j’essaie de trouver comment empêcher la dépression et l’anxiété de revenir. Dans ce cadre, j’ai lu sur la pleine conscience et la méditation.

En parlant de cela avec des amis, ils m’ont recommandé des livres. La recherche de ces livres m’amène à découvrir d’autres livres. La lecture d’articles en ligne sur la pleine conscience me donne envie de lire encore plus de livres. Et si je n’étais pas en train de faire un moratoire sur les dépenses en ce moment, je me permettrais d’acheter certains de ces livres.

Heureusement, ce n’est pas un intérêt nouveau pour moi. Dans le passé, j’ai voulu en apprendre davantage sur la pleine conscience et la méditation, alors j’ai ramassé peut-être une douzaine de livres sur le(s) sujet(s) au fil des ans. Ils ont pris la poussière dans ma bibliothèque.

Maintenant, en 2021, quelques-uns de ces livres sont des titres que j’ai décidé de lire. Oui, il y a quelques livres que je ne possède pas qui me semblent vraiment intéressants et que je veux acheter. Mais je ne peux pas. Ou, plus précisément, je ne veux pas. Parce que je suis en moratoire de dépenses pour 2021.

Auparavant, j’aurais pu trouver cela frustrant. En ce moment, cependant, c’est plutôt libérateur.

Mon moratoire sur les dépenses fait exactement ce qu’il est censé faire. Il m’oblige à regarder vers l’intérieur, à fouiller dans ma bibliothèque existante, au lieu de me tourner vers l’extérieur et de commander d’autres livres. Commander de nouveaux livres ne résoudrait rien de toute façon. Ils finiraient juste comme les livres que je possède déjà : non lus sur mes étagères.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn